Depuis 1879...

La Société Nautique de La Trinité/mer

Si la Société Nautique de La Trinité/mer n'est pas le plus ancien yacht-club de France puisqu'il fut initié en 1879 sous le nom de Société des Régates de La Trinité/mer (la SR Le Havre a été créée en 1838 !), elle reste l'un des plus dynamiques clubs de voile de France, du moins pour toutes les régates monotypes et habitables. Fort d'un calendrier étoffé dès les premiers jours de février, le club Trinitain bénéficie d'un plan d'eau exceptionnel et fête en ce week-end de Pâques, la 39ème édition du Spi Ouest France-Destination Morbihan, l'une des plus importantes courses d'avant-saison.

Ils sont tous passés par là, par le pont de Kerisper, par le carrefour du Camembert, par le cours des Quais, par la rivière de Crac'h pour rallier le port, la marina, le club. Dès les années 70, La Trinité/mer devient le rendez-vous de tous les régatiers qui viennent s'entraîner en plein hiver en baie de Quiberon : les parcours du week-end permettent d'initier nombre de futurs coureurs au large sur des voiliers qui commencent tout juste à se transformer en course-croisière : Flush Poker, Tequila, Arpège, Armagnac... forment les équipiers d'avant aux subtilités des règles IYRU, des parcours olympiques, des envois de big boys et autres star-cuts !

Historique

Car La Trinité/mer est depuis la fin du 19ème siècle, un lieu de rencontre pour un yachting naissant en France, issu dans un premier temps des bateaux de pêche locaux. Détaché de Carnac en 1864, le petit port crée son yacht-club en 1879 sous le nom de Société des Régates de La Trinité/mer, nom qu'elle ne conserve que jusqu'en 1895 pour devenir la Société Nautique de La Trinité/mer pour, selon son article premier, « encourager et développer le goût de la navigation de plaisance maritime et favoriser les progrès des constructions françaises ». Le règlement des courses stipule que « est considérée comme Canot ou Chaloupe de plaisance, toute embarcation non inscrite en pêche... Ils appareillent au coup de canon, mouillés sur les ancres, voilure basse et amures libres ».

Les pionniers de la régate trinitaine ont pour nom, Le Goff, de Kerviler, Le Rouzic, Perroud, de Kersauson... Puis le temps et les guerres passent pour laisser place à une nouvelle génération : Éric Tabarly, Alain Colas, André Viant, André Facque, Michel Caradec... Elle-même étoffée ensuite par l'arrivée de Gilles Gahinet, Jean-Michel et Patrice Carpentier, Loïc Caradec, Philippe Facque, Éric Loiseau, Jean-Michel Viant, Sylvie Vanek. Et désormais remplacés par Thomas Coville, Marc Guillemot, Erwan Le Roux, Francis Joyon... pour la course au large qui reste un des axes majeurs du développement du club depuis les années 60. Et aujourd'hui, la relève arrive en force avec Julien Villon, Corentin Horeau, Quentin Ponroy, Julien Bourgeois, Antoine Carpentier, Doran Gouron-Le Roch,...

Pâques à La Trinité

Ce n'est qu'en 1967 que le premier bulletin de la Société Nautique de La Trinité/mer voit le jour, à l'occasion du retour des vainqueurs du RORC : Pen Duick III, Esprit de Rueil, Margilic VI. Il faut dire que de plus en plus de courses au large partent ou font escale à La Trinité/mer : de Plymouth, de Leiqueito, vers La Rochelle, vers Bénodet... Car au fil des ans, les dériveurs (Finn, Moth, Vaurien, 420) et les petits quillards (Dragon, Requin, Soling) ont laissé place aux habitables, plus ou moins imposants (Muscadet, Super Challenger, Sylphe, Samouraï...), et aux voiliers de la première course autour du monde en équipage en 1973 (Whitbread).

Lors de l'automne 1971 sous l'impulsion de Michel Perroud, ce sont les premiers entraînements d'hiver qui voient le jour : de septembre à Noël et de fin février à la mi-avril, vingt-sept bateaux inaugurent ce qui va devenir un rendez-vous incontournable pour tous les régatiers de Bretagne, de France et de Navarre. Et les Armagnac, Arpège, Scotch, Shé, Tequila, Morning... vont laisser la place à une nouvelle génération de bateaux de course qui va participer non seulement à l'essor de la plaisance en France, mais aussi au rayonnement des architectes et des chantiers hexagonaux : la jauge IOR créée en 1969 se développe à vitesse grand « V » et les half-tonners déferlent en baie de Quiberon derrière le célèbre Araok Atao !

1973 est une année-phare pour les coureurs de la Trinité/mer, non seulement parce que certains d'entre eux ont embarqué sur Grand Louis ou Pen Duick VI pour le tour du monde, mais aussi parce que les femmes ont leur course dédiée : la Gan-Figaro... Régates en solitaire ou en couple, tour des trois îles, courses du RORC, Challenges (Max Guedj, Pierre Boreau...) : La Trinité/mer rassemble de plus en plus de bateaux qui s'entraînent et se préparent pour les épreuves internationales. Les shipchandlers (Le Cuiller), les voileries (Tasker), les chantiers (Constantini, Kervilor, Vanek) sont bien installés aux abords pour permettre de répondre aux attentes de coureurs et de plaisanciers de plus en plus nombreux à profiter des installations portuaires et d'un plan d'eau extrêmement bien protégé de la houle atlantique.

À l'initiative de Gilles Le Baud et d'André Facque afin de célébrer les cent ans de la Société Nautique, le Spi d'Or-Ouest France est créé à Pâques 1979, reprenant à son compte la course de clôture des entraînements d'hiver, les Cent milles autour des Birvideaux, de Belle-Île et des Cardinaux. Le choix de la date ne fait pas l'unanimité, mais les quarante-quatre équipages sont ravis de la formule, à l'image d'Yves Pajot qui propulse en haut de tableau le Two tonner Dugenou !

Le port de La Trinité/mer est depuis longtemps un rendez-vous pour le yachting français : le chantier Constantini y construisit le deuxième bateau d'Éric Tabarly (1964 - Pen Duick II), le Baron Marcel Bich y vint lors de sa première campagne pour la Coupe de l'America (1969 - France 1), les défricheurs de tour du monde y relâchaient (1973 - Grand Louis), les Admiralers s'y entraînaient (1975 - Katsou, Alexandre), les premiers multicoques océaniques le ralliaient (1976 - Manureva).

La barre des cent voiliers est franchie dès la troisième édition : le Spi Ouest France est devenu une institution, ouverture de la saison tant pour les voiliers jaugés que pour les monotypes... Trois cents bateaux en 1990, cinq cent dix ans plus tard ! C'est le plus important rassemblement de voiliers de course-croisière en France et tous les coureurs renommés y ont usé leur fond de ciré pour se faire consacrer. Et un bateau a participé à presque toutes les éditions : le half-tonner de Bernard Fournier-Leray, Britany Drizzle !

Effervescence tout azimut

Les années 80 marquent en effet le virage du nautisme hexagonal et La Trinité/mer n'est pas en reste en termes d'innovation : les monotypes J-24 s'installent en force en baie de Quiberon ; la Société Nautique est responsable de l'organisation du Championnat du Monde des ¾ Tonner qui sacre pour la première fois un voilier français, Maligawa, de Guy Foupes, un plan de Jacques Fauroux à la jupe arrière démesurée. Elle met aussi en place avec l'ESIEA, le premier rendez-vous des multicoques de tous bords qui se préparent pour l'OSTAR 1980, la mythique transat anglaise entre Plymouth et Newport.

La Trinité/mer accueille aussi triomphalement le nouveau détenteur de la traversée de l'Atlantique : Éric Tabarly et son équipage ont pulvérisé pendant l'été 1980, le temps de référence de la goélette Atlantic menée par Charlie Barr en 1905, Paul Ricard n'ayant mis qu'un peu plus de dix jours pour avaler l'océan ! Le port trinitain devient « la Mecque du multicoque », connu dans le monde entier avec des trimarans et des catamarans (même des praos !) de plus en plus grands et rapides : Gauloises IV, Hydrofolie, Royale, puis Elf Aquitaine, Charente Maritime, Jet Services, Fleury Michon, Umupro Jardin, William Saurin... Des voiliers qui marqueront la définitive domination des solitaires français sur toutes les mers du monde !

Et pendant ce temps, les membres de la Société Nautique de La Trinité/mer sillonnent les océans avec André Viant sur Kriter IX et Éric Loiseau sur Gauloises III, à l'occasion de la Whitbread 1981-82. Le Tour de France à la Voile vient faire escale à La Trinité/mer tout comme les vieux gréements pour les régates du 15 août... C'est aussi le temps des courses corporatives qui profitent de la présence d'une flotte étoffée et performante pour s'initier à la régate entre trois bouées, les « bananes » n'ayant pas encore remplacé les parcours olympiques...

Au Championnat d'Europe de J-24, Gilles Gahinet termine second derrière les Suisses de Coin-Coin Dubois ! En 1984, les équipages français sont les plus incisifs en course-croisière avec la jauge IOR : vainqueurs de la Half-Ton Cup, de la Quarter Ton Cup, de la One Ton Cup, sacrés au classement individuel de l'Admiral's Cup l'année précédente (Diva)... Les architectes contrent vaillamment la suprématie de longue date des anglo-saxons (Carter, Stephens, Peterson, Holland, Frers, Humphreys...) : Jean Berret, Philippe Briand, Daniel Andrieu, Jean-Marie Finot enclenchent le turbo qui dynamise aussi les chantiers hexagonaux, Jeanneau et Bénéteau, à l'époque concurrents acharnés. Passion vainqueur de la One Ton Cup organisée à La Trinité/mer en 1984, marque le premier pas d'une Équipe de France qui va s'imposer lors de l'Admiral's Cup 1991 à Cowes !

Le royaume des multicoques

Les Formule 40, ces multicoques de 12 mètres qui ont révolutionné l'approche architecturale depuis 1985, viennent aussi se confronter à La Trinité/mer : Philippe Poupon, Randy Smith, Yvon Fauconnier, Jean Le Cam, Loïck Peyron, Roland Jourdain, Pierre Le Maoût, Yves Le Cornec... sont quelques-uns des skippers qui ont testé avant l'heure ces « X-Trems 40 » ! 1990 est une première pour le Trophée Clairefontaine, un show nautique qui rassemble les meilleurs coureurs du moment, puis le Trophée des Multicoques fait place aux Grand Prix ORMA : les trimarans de 60 pieds ont trouvé une base technique idéale pour se mettre au point et préparer les grandes courses océaniques. C'est le temps des hangars, de l'alignement des « araignées des mers » devant le môle Caradec.

Mais le glas résonne après la Route du Rhum 2002 et surtout après 2006 quand il n'y a plus de circuits pour les multicoques : les monocoques IMOCA les remplacent en compagnie des engins de record, en solitaire (Sodeb'O, IDEC) ou en équipage (Gitana, Spindrift). Encore aujourd'hui, la Trinité/mer accueille dans son port Spindrift, Sodeb'O Ultim, IDEC et Actual  mais aussi des monocoques IMOCA préparant puis revenant du Vendée Globe, ainsi que les plus grosses unités françaises de la jauge IRC sans compter une flotte d'Open 7,50 et de Mach 6.5, une armada de Grand Surprise, des Class 40' et France, le premier 12mJI français armé par le baron Bich en 1970, remis en état de naviguer et magnifiquement entretenu...

Certaines bases techniques et des skippers ont essaimé de Brest à Lorient, de Port la Forêt à La Rochelle, mais La Trinité/mer reste l'escale où il faut passer, ne serait-ce que pour tirer des bords en baie de Quiberon, l'un des plans d'eau du monde le mieux protégé et le plus intéressant tactiquement ! D'ailleurs près de 400 voiliers vont encore en découdre en ce week-end de Pâques pour le 39ème Spi Ouest France-Destination Morbihan organisé par la SNT, puis en mai avec la Mini en Mai où s'affrontent 80 solitaires sur 500 milles et l'ArMen Race qui est devenue la première course au large des côtes de Manche et Atlantique avec 200 bateaux. Fin juin, ce sont les Voiles de la Baie organisées en partenariat avec les clubs de Quiberon et du Crouesty, puis les Voiles Classiques et le National 7m50 mi-juillet, l'Open Mach Trophy fin août et le Challenge d'Automne dès la mi-octobre !

Quelques grands rendez-vous de la SNT

1966 : Dragage du chenal et création d'un nouveau port devant la SNT

1972 : 1er Championnat de France des Croiseurs Côtiers

1978 : Championnat de France de Soling

1979 : 1er Spi d'Or-Ouest France

1980 : 1er Trophée des Multicoques

1980 : Three-Quarter Ton CupHistorique 2

1982 : Championnat d'Europe de J-24

1984 : One Ton Cup

1985 : Championnat de France des Sélection

1986 : Championnat du Monde de Soling

1994 : Trophée des Lycées

1999 : Championnat d'Europe des 8mJI

2003 : Championnat du Monde de 8mJI

2005 : Championnat du Monde de Mumm-30

2005 : Championnat d'Europe de Dragon

2007 : Championnat du Monde de J-80

2007 : Mondial Class 40'

2008 : Championnat d'Europe de 6mJI

2009 : Mondial Arpège

2010 : Championnat d'Europe de Soling

2011 : 1ère édition de l'ArMen Race

2011 : National Muscadet

2012 : National Corsaire

2012 : National Grand Surprise

2013 : La Trinité-Plymouth

2014 : Coupe du Monde de 8mJI

2014 : 1ère édition de la Mini en Mai

2015 : Championnat d'Europe de 6mJI

2016 : 1ère édition de la Drheam Cup

2017 : 39ème édition du Spi Ouest-France

2017 : 7ème édition de l'ArMen Race

 

Création de sites à Lorient Propulsé par e-majine