Challenge de Printemps 8 et 9 mars 2014

Merci à tous les rédacteurs pour leurs comptes rendus, notamment au petit nouveau, Vincent GIRAUD, qui a gentiment accepté d'être le référent des IRC4 B.

Grâce à eux, vous allez pouvoir découvrir ce que vous avez manqué, ou pour ceux qui ont eu la bonne idée de venir revivre ce deuxième week-end magnifique du Challenge de Printemps.

Merci aussi à Gilles pour les superbes images que vous pouvez retrouver sur notre page Facebook !

Bonne lecture !

Le Challenge de Printemps des 8 et 9 mars vu d'un Président de comité de course !

Samedi 8 mars :

Beau temps, belle mer, un seul rond, étant donné que nous avions décidé de faire faire  un grand côtier pour les IRC 1,2,3 4A et duo et de conserver le reste de la flotte sur des parcours construits.

Vent stable en début d'après-midi, mollissant beaucoup en fin de journée nécessitant des réductions de parcours.

Même avec ces réductions, retour tardif pour certains qui ont pu découvrir un spectacle magnifique juste après le coucher de soleil, y compris pour les bénévoles du comité de course.

Dimanche 9 mars :

Conditions un peu plus musclées et deux ronds mis en place pour résoudre les problèmes dus aux vitesses disparates et à la venue des Grands Surprise (13 bateaux)

Duo, IRC 1, 2, 3 et 4A sur le rond B, les autres sur le rond A. Pour gérer ces 2 ronds, la SNT a mobilisé 2 présidents de Comité de Course (Gilles BRICOUT et moi même), 3 bateaux comités, 2 zodiacs en sécurité et une vingtaine de bénévoles sans oublier à terre nos deux irremplaçables secrétaires Françoise et Anne-laure.

Sur le rond B, un côtier pour les Duo et 3 départs sur des parcours techniques. Une seule course à cause des conditions météo (creux de 2 à 3 mètres, vent de 15 à 20 nds), de l'heure tardive d'arrivée des derniers 4A, de plus quelques problèmes techniques et humains (guindeau cassé sur Kadarn et des bénévoles malades sur Comte de Forbin) ont pesé dans la balance. Quant au Rond A, ce n'est pas moins de 3 petites courses qui ont été proposées aux concurrents qui ont répondu présents seul les Mach 6.50 et les deux Open 7.50 n'ont pas été jusqu'au bout de la troisième sans doute fatigués ! Un grand merci aux autres classes qui ont fini le parcours.

Peut être un jour, sera- t- il nécessaire d'avancer le signal d'avertissement  du samedi (13h au lieu de 14h) et du dimanche (9h15 au lieu de 10h15) pour faire plus de manches.

Il faut remercier tous nos bénévoles et les salariés du Club qui se dépensent sans compter pour vous offrir de beaux week-ends.

Jean-François PHILIPPE 

Bénévole et président du rond B

Avec le concours de Gilles BRICOUT, président du rond A

DUO : Deux côtiers sous le soleil

Dans des conditions bénies des dieux, les équipages en double ont couru deux côtiers. Le premier, samedi en compagnie des IRC 3 et 4 conduits en équipage et le lendemain simplement entre eux dans un vent forcissant. Samedi le JPK 10.10 Bidourik 2 a dominé son sujet. Ce qui n'est pas étonnant quand on sait que le navire a remporté l'an passé les trois régates en double disputées et par voie de conséquence le championnat Double de Bretagne. Le secret de cette suprématie tient à un bateau bien préparé et aussi et surtout à 30 ans de complicité entre ses deux équipiers, Alain Le Roux et Geneviève Levaillant. Samedi Bidourik 2 qu'on ne voit pas apparaître à sa vraie place au classement car il n'a pas encore son rating finit 8' devant son sister-ship Mary et second de tous les IRC 3, sur les talons de l'intouchable Racing Bee... Un JPK 10.10 pour ne pas changer. Dimanche, on attendait avec impatience la première confrontation avec le nouveau POGO 30 Exile Mirabaud mais son skipper Nicolas de La Fournière n'a pas pris le départ. Une fois encore, Bidourik 2 a franchi en tête la ligne d'arrivée mais avec une petite avance seulement sur le Philia (toujours un JPK 10.10) de Jean-François Gueullette ralenti par un ultime empannage qui s'est mal terminé. Par plus de 20 nds de vent, ça commence à devenir sportif à deux et parfois aléatoire. Pour une fois le SF 3200 Groupe 5 emmenait la flotte au passage de Bugalet mais des contretemps à répétition ont amené son équipage à rallier directement La Trinité sans effectuer la fin du parcours. Dommage finalement que ces agapes se soient terminées si tôt par un temps si beau.

Patrice CARPENTIER (Groupe 5)

IRC 1

Les prévisions météo étaient excellentes pour ce deuxième week-end du Challenge de Printemps 2014. En IRC 1, on comptait 10 inscrits, les j-122 Jolly Joker et Nutmeg étant venus grossir les rangs. Vivement le retour d'Inis Mor ou d'Urukai !

Le samedi, un soleil printanier irradie la journée de la femme baie de Quiberon. Le comité de course lance les classes IRC 1 et 2 sur un parcours qui s'avérera un peu long. Pour autant, le louvoyage, avec un bord rapprochant bâbord amure vers la Vieille, permettait aux barreurs de parfaire leur conduite dans le petit temps. A ce jeu-là, c'est Eleuthera et Saga qui font la différence, avantagés par leur plan de voilure élancé. Sur GOA, d'abord serein jusqu'à la bouée de dégagement, on déchante à mesure que le vent faiblit. Entre la Vieille et Nord Quiberon, c'est l'exercice inverse de la descente au portant dans le petit temps, chacun doit ajuster ses angles de vent apparent et retrouver des sensations, sous peine d'arrêter le bateau à la moindre adonnante. Si Saga et Eleuthera sont désormais hors de portée, on reprend l'avantage sur Codiam et Jolly Joker à la faveur d'un empannage judicieux. La brise évanescente du dernier largue entre Sud Quiberon et le petit Trého conforte l'avance des premiers : Eleuthera l'emporte avec pas moins de 6 minutes d'avance sur Saga, et 8 sur GOA !

Dimanche 9 mars, dans un vent de sud de 18/20 nds, le comité de course nous envoie sur un parcours banane 3 tours, pour le plus grand plaisir des équipages et des restaurateurs du quai. Les concurrents manifestent leur empressement dès le départ, qui donne lieu à un rappel général. A peine effarouchés, 4 bateaux (sur 9 !) volent le deuxième départ. La première bouée au vent prend des allures de chicane Milanaise: Eleuthera ne pare pas la marque, tente un (audacieux ? inconscient ?) bord breton, et  passe sur sa barre avant de se retrouver en dérive bâbord amure, juste au vent de Codiam qui a viré (prudemment ? tardivement ?) pour l'éviter. GOA est à son tour contraint à virer, et finalement le nouvel A35 et le Sun Fast 3600 passent la marque devant tout ce petit monde. Les balcons des deux Grand Soleil 43 & 44 sont les témoins malheureux de leur étreinte, et les deux voiliers se retirent, gros-jean comme devant. Débarrassés de ces deux adversaires et confiants dans leur aisance, Saga et GOA font une belle manche, pour finalement être gratifiés (miserere mei) d'un BFD. Les joies de la régate !... Consistant et prudent, c'est Anne & Sébastien, le 43' du président de l'YCCA, qui remporte cette belle manche, prélude à de nouvelles empoignades passionnantes. Rendez-vous le  22 mars.

Samuel PRIETZ (Goa)

IRC 2

Seule une dizaine de IRC2 avait répondu présent. Le si fidèle Musix et Prime Time faisaient faux bond...

Le samedi, le parcours côtier emmenait la flotte virer la Vieille. 

Léon, le JPK 10.80, abandonnait très tôt pour un problème de drisse de GV.

Lann Ael et Crews Control ne terminaient pas non plus la manche pour des raisons diverses...

Chenapan prenait la tête des IRC2 mais Yolo, par une belle option vers la Teignouse, revenait au contact dans un vent molissant.

Le dernier bord vers La Trinité se faisait sur un largue serré ce qui permettait aux plus petits des  IRC1, en particulier les J122, encore au contact des premiers IRC2, de s'échapper, faisant ainsi parler leur longueur flottaison...

Dimanche, on retrouvera les mêmes trois nouveaux IRC2 en tête de leur groupe...

Ces trois bateaux semblent se détacher du lot mais ils devront compter sur Lann Ael, toujours performant dès que le vent monte, qui n'a pas manqué d'être de la partie.

Antoine CROYERE (en l'absence de Philipe BAETZ)

IRC 3

C'était le deuxième week-end du Challenge de Printemps, mais également le dernier week-end d'hiver ; qui pouvait penser que nous étions encore en hiver, les conditions climatiques étaient dignes de celles régnant des Antilles.

Personnellement et pour mieux observer les diverses tactiques sur le plan d'eau j'avais pris un peu de hauteur et c'est du haut des alpes d'Avoriaz que j'ai pu apprécier les diverses tactiques et manœuvres faites par les valeureux équipiers.

Et voici ce que j'ai pu voir le samedi, 13 bateaux IRC3 se sont affrontés, ils sont dans l'ordre d'arrivée :

QUALICONSULT JPK 10,10, FRANJPANE J 109, BLUE DREAM TOO JPK 10,10,  CEGIAEXPERT X36S, BAROUF A 31, CRESCENDO JPK 10,10, PHARAON X36S,  DELNIC SWAN 391, CHACASTAL III First 30, IGR MARIE GALANTE JPK 9,60, ARCANE SUSPENS 84, RACING BEE JPK 10,10 ; MISS J J 105.

Le dimanche matin ils n'étaient plus que 10 - sachant que le TY BAULID n'était pas là le samedi on peut supposer que quelques pannes de réveil sont la cause de la disparition de certains concurrents - à savoir dans l'ordre d'arrivée :

QUALICONSULT JPK 10,10, BLUE DREAM TOO JPK 10,10, CHACASTAL III First 30, CEGIAEXPERT X36S, BAROUF A 31, DELNIC SWAN 391, CRESCENDO JPK 10,10, ARCANE SUSPENS 84, RACING BEE JPK 10,10 ; TY BAULID JPK 10,10.

Le samedi donc, départ donné à l'heure pour un parcours côtier. Les IRC 3 avec les 4 et les DUO étaient les premiers à s'élancer pour un beau circuit permettant d'aller visiter les bouées de Quiberon et de Bugalet avant de revenir pour une arrivée au Trého.

Le vent au départ de SSE pour 14 kn permettait des bords de près rondement menés pour aller chercher la bouée de dégagement mouillée à bonne distance du départ. Menée par Raging Bee, les 5 bateaux de tête comprenaient autant de bateaux en équipage qu'en double sur cette montée, rendue quelque peu difficile par les variations de vitesse du vent. Le long bord de reaching suivant a conduit à la formation de groupes de bateaux, les écarts s'étant resserrés. Le passage de la bouée gonflable et les zigs zags entre les cardinales de Quiberon ont permis aux différents bateaux de la flotte de se croiser, les uns ayant déjà envoyé leur spi pour descendre sur Bugalet, quand les autres s'apprêtaient à passer la Quiberon Sud. La descente sous spi vers Bugalet s'est alors faite dans un vent mollissant à 10 kn. Les options étaient selon les bateaux de naviguer ouest ou est de l'axe Quiberon Sud - Bugalet. A Bugalet pour autant, les classements n'avaient pas bougé. Enfin avec peine la flotte a rejoint l'arrivée au Trého, le vent tombant de plus en plus pour friser les 5nds en fin de parcours. Malgré les apparences le courant obligeait à tenir une route serrée, et c'est même par un dernier contrebord que la ligne a pu être franchie par les bateaux pour conclure ce côtier d'un peu plus de 3 heures.

Dimanche matin le vent s'est levé pour souffler de S 20 kn environ, soulevant un clapot mouilleur de pont.

IRC 3 et 4 étaient du 3eme départ qui fut long à venir du fait que les IRC toujours pressés de rentrer les premiers sont partis avant le coup de canon d'où rappel général, d'où retard, d'où le fait qu'une seule manche ait pu être courue.

Néanmoins pendant cette manche les JPK de QUALICONSULT et RAGING BE se marquèrent à la culotte pendant les deux tours de banane, RAGING BE franchissant la ligne d'arrivée quelques secondes devant QUALICONSULT

En résumé, ce fut un magnifique week-end, qui n'était pas de printemps mais d'été. Les équipages garderont un très bon souvenir du parcours en baie de 3h sous le soleil et une mer bleue et de la régate également ensoleillée du dimanche.

Attention, le prochain week-end du challenge sera aussi celui des élections municipales. Vous aurez donc 2 devoirs à accomplir : le premier, venir régater et le second, aller voter ce qui sera possible puisque les bureaux de vote ferment à 18h ou 20 h et que les procurations existent et sont bien pratiques lorsque l'on se trouve trop éloignés des urnes.

IRC4 A

Après la NewsLetter de Manu et toutes les météos qui nous annonçaient soleil et douces températures il n'y avait plus qu'à y aller. Et nous avons été gâtés car en plus nous avons eu du vent. Un bon médium le samedi qui a molli à la fin de notre parcours côtier et un médium renforcé le dimanche avec 18 kn établis et des bouffes au-dessus de 20 kn ; encore plus fort immédiatement après la régate semble-t-il.

En IRC4A, nous nous sentons toujours un peu seuls puisque seulement sept bateaux le samedi et huit le dimanche étaient présents sur la ligne. Merci au Comité de Course qui nous a peut être entendu car cette fois nous étions bien séparés des bateaux funs avec lesquels nous avions eu un peu de mal à cohabiter le week-end précédent. Le malchanceux du week-end aura été le 31.7 Gauvain qui a cumulé un OCS le samedi et un autre le dimanche ... l'équipage va revenir le couteau entre les dents !

Programme du samedi : un côtier (quel bonheur) qui avec un vent au 135 nous a envoyés vers le sud puis nous a fait visiter tout l'ouest de la baie. Un peu de bagarre à la bouée de dégagement placée à 2,5 miles car les classes suivantes parties derrière nous avaient rattrapés et certains sont un peu impressionnants. Il y avait intérêt à être tribord amure sur la bouée. Pour monter à cette bouée, il nous a semblé que la droite du plan d'eau était favorable ce qui a momentanément (mais très momentanément seulement) handicapé Brittany qui avait coupé la ligne un peu tôt. Ensuite, une descente plein sud au près-bon plein au cours de laquelle il ne fallait pas faire trop de bon plein au risque d'avoir à tirer un petit bord à l'approche de la bouée. Vu de notre fenêtre, des IRC3 s'y sont laissé prendre. Enfin le spi pour remonter au 330 vers Nord Quiberon. Là, deux options : soit empanner à la bouée et naviguer tout de suite tribord amure ou continuer bâbord et empanner ensuite. Qui nous dira la meilleure option ? Il nous a semblé que le vent refusant légèrement a permis aux partisans du petit bord bâbord d'avoir un peu plus de vitesse sur la fin du bord. Route suivante sur Sud Quiberon avec encore une allure près-bon plein toujours piégeuse puisqu'à la fin du bord le vent parti un peu à gauche obligeait à un petit contre bord. Et là, Brittany nous a doublés ... comme d'habitude.

Le grand bord vers Bugalet ne bouleversait pas le classement mais il fallait être vigilant sur la fin car le vent commençait à baisser. Le dernier bord vers l'arrivée qui s'annonçait aussi près-bon plein aurait pu être tranquille et sans effet si le vent n'avait pas molli au-dessous de 7-8 kn et tourné à gauche. Résultat, à 400 m de l'arrivée, des IRC3 et IRC4 dans tous les sens et là nous avons revu de près le tableau arrière de Brittany pour finalement terminer à 8 sec après 3h10 de course. A remarquer que dans cette course, les deux premiers IRC4 finissent en temps compensé devant tous les IRC3. La jauge est vraiment bien faite !!

Dimanche, retour à la mine ! Parcours banane avec 20 kn de vent et une houle à gâcher le brushing des équipières. Certains dans notre classe suggèrent que nous aurions pu être regroupés  avec les IRC3 ce qui aurait gagné le temps d'un départ et aurait peut être permis de courir une seconde manche. Je sens que le Comité de Course va nous trouver exigeants.

Départ anticipé pour Minipyge ce qui nous oblige à voir la course de l'arrière, d'autant que Belouan et Brittany ne nous ont pas attendus. Les bords se succèdent sans que nous décelions un avantage à droite ou à gauche mais le parcours, bien mouillé, impose des empannages et avec 20kn de vent le résultat n'est jamais garanti. C'est avec Lady Serpalune que nous faisons le parcours et il est probable qu'avec un vrai TCC il finira largement devant nous. Pas de surprise, Brittany devant assez confortablement suivi de Belouan

Belle rentrée au port par grand soleil et par vent forcissant pour terminer un très beau week-end. Ceux qui ont expérimenté l'émargement par Internet en sont très satisfaits. À maintenir.

Jean-Claude MERLIVAT (Minipyge)

IRC 4 B:

"Quel Week-end ! Pas un nuage et du vent ! Les absents ont toujours tort et là encore plus !"

7 bateaux engagés ce WE en IRC 4B (1 X 302, 1 Surprise, 1 Monotype 7.50, 1 Super Arlequin, 1 Monotype suédois et 2 Quarters), on ne pourra pas dire que nous faisons dans la monotypie déguisée !

 C'était l'occasion aussi de voir le nouveau bateau de Gilles Robert , Sphénoïde (du nom d'un os en forme d'aile d'avion ...), ex-quarter Bullit, de voir aussi le Monotype 7.50 Coco Tahi de Guy Pronier (ex propriétaire du quarter Catch Me) dans ses œuvres.

 Temps magnifique le Samedi, 2 manches, lancées dans 10/14 nœuds de vent (mollissant nettement en fin de deuxième manche), on coupe la poire en deux, on partage les points entre Frasquita, X302 et Coco Tahi,  on se fait quelques politesses entre nous sur la ligne ou à la bouée au vent parce qu'on s'aime bien, et on  se retrouve alors au jury le soir pour discuter et débriefer des régates du jour, mais sans la bière, et avec les RCV à la main. Orignal dirons-nous. Heureusement plus de peur que de mal.

 Dimanche, même soleil et un vent de sud/est nettement forcissant, qui dépassent les 20 nœuds en fin de matinée, et dans ces conditions difficiles de rivaliser avec Frasquita, même si Coco Tahi lui pique là encore le bénéfice de la 2ème manche du jour.

 Le match des extrêmes X302 vs Monotype 7.50 donne donc, 2 partout la balle au centre au terme de ce splendide week-end. Le charme de l'IRC4 B si bien résumé.

 On saluera toujours la grande maitrise du Comité, les concurrents présents, des jeunes qui progressent vite comme ATAO, des nouveaux bateaux 'pas comme dans le catalogue', des nouveaux venus comme le Super Arlequin de Benoit de Brie, des équipages motivés et sympas. Alors rejoignez-nous ! Small is beautiful ! On doit pouvoir faire mieux que 7 avec les J24 ou les Surprises de la Trinité !

Vincent, skipper de Riot pour l'IRC 4B

Mach 6.5

Une flotte compacte de 6 Mach s'est donnée rendez-vous pour ce week-end printanier. Comme promis, les conditions sont rêvées, un vent mollissant de 15 à 0 nœuds samedi et un vent forcissant de 15 à 20 nœuds dimanche. Un yoyo perpétuel du vent en force mais pas en direction, orienté Sud, la marée et le vent ont donné une mer chaotique, courte et dure mais propice aux surfs sous le soleil de Bretagne Sud.

Les IRC sont partis voguer vers un long côtier, la zone est dégagée pour lancer la flotte des Mach 6.5 en compagnie des 2 Open 7.50. 1er manche, vent modéré d'une douzaine de nœuds en guise d'échauffement. La position favorable est au bateau comité, globalement les 6 Mach sont déjà dans le match. Mach 2 Saint Denis passe la bouée en tête mais la flotte est groupée dans le dogleg. Némo et KMA3 s'échappent sur la gauche du plan d'eau. A la porte sous le vent, les positions sont encore serrées, l'Ankou a pris la tête, Actual et Némo enroulent en même temps mais pas la même bouée. Les autres sont juste derrière, rien n'est joué. 2e bord de près, les cartes sont redistribuées. L'Ankou Alternative Sailing et Némo ont pris les devants et le podium reste le même pour cette manche. 6 bateaux en moins d'une minute à l'arrivée. Ordre est donné au secrétaire du comité de s'accrocher a son stylo pour ne pas s'emmêler les pinceaux. 2eme manche du jour, le vent a faibli, fini les surfs à 15 nœuds, mais les équipiers doivent plus que jamais être actifs au rappel pour faire avancer les Mach 6.5 face aux vagues. A ce petit jeu, Némo s'envole et emporte dans son sillage Actual, les autres sont un peu plus loin. Enfin, 2 minutes tout pile entre le premier et le dernier après 45 minutes de course, ce n'est pas un matelas d'avance mais par rapport à la première manche c'est plus confortable. La 3e manche du jour se joue dans les airs évanescents à tel point que le comité raccourci la manche à la première porte sous le vent. Actual l'emporte et Alternative Sailing montre une belle régularité en finissant 2e. Les positions sont plus que serrées, la journée du dimanche promet d'être ventée. Retour au port puis premier barbecue de la saison pour la classe, malgré une journée printanière, les soirées restent fraiches...

Dimanche, pour la première fois de la saison, les IRC ont leur rond, les monotype le leur. Avec 20 nœuds de vent et une bonne houle, les croisements n'en seront que plus faciles. La flotte des Grand Surprise au près voit débouler les Mach 6.5 au portant à plus de 18 nœuds. Les sourires sont de mise à bord des bolides. Les manches ne font plus 45 minutes mais 35, les passages de bouées sont toujours aussi serrés. Les doubles safrans et les carènes larges aident les barreurs à se faufiler dans des trous de souris. La première manche est menée et gagnée par Alternative Sailing, derrière c'est un mano à mano entre KMA3 et Némo, 5 secondes séparent les 2 loustics sur la ligne d'arrivée. Dernière manche du Week-end, Alternative Sailing et Némo mordent la ligne... dommage, l'Ankou en profite pour claquer une manche suivi de KMA3 et Mach 2 Saint Denis. Le vent forcit encore, la flotte se dirige vers le port, grutage, rinçage, vivement le prochain week-end de Challenge.

Au final, même si Alternative Sailing garde la tête du Challenge de Printemps de belle façon, c'est l'Ankou qui réalise le meilleur week-end avec 15 points accumulés. L'avantage du Mach, à part ses qualités indéniables, c'est qu'il ne manque jamais d'équipiers. Lassés de naviguer sur des bateaux à déplacement classique, nombres d'équipiers trépignent sur le quai pour régater sur les petites bombes du chantier JPS. Donc, si trouver des équipages est pour vous un problème, venez essayer la ClassMACH.


 

Ch.Printemps 8 et 9 mars 2014 Goa 8 et 9 mars 2014
 

Création de sites à Lorient Propulsé par e-majine